Covoiturage : j’ai testé pour vous !

Le covoiturageDans mon esprit, covoiturage rimait avec vacances à petit budget pour étudiants en quête de dépaysement ou coup de main entre voisins pour économiser sur les trajets quotidiens. Sympa, mais pas pour moi !

 

Comme 80% des Français, je me déplace seule dans ma voiture, et je râle en fin d’année en constatant que mon budget auto (550 € mensuel) est mon deuxième poste de dépense avec la location de mon appart’ ! Alors, par ces temps de crise, je me suis dit :  le covoiturage, pourquoi pas ? Rapide coup d’œil sur les sites et là, stupéfaction, ils sont légions, gratuits ou payants (pour éviter les lapins de dernière heure et pour ceux qui sont intraitables sur l’organisation…).

 

Au niveau régional, l’offre est généreuse.
Economies
En cliquant sur Bretagne, 4 propositions me permettent de rallier Paris à Lorient. Il y a des trajets directs (avec, dans mon cas, un départ Porte de Saint-Cloud, devant une brasserie pour faire connaissance avec mes compagnons de route) et d’autres qui prennent le chemin des écoliers, un détour du côté de Laval et un autre entre Rennes et Vannes pour déposer 2 voyageurs. Le principe est simple : partager les frais. Plus on est nombreux, moins ça coûte, et vous payez en fonction du trajet parcouru, à la carte, quoi !

 

 

Le covoiturage, c’est l’aventure organisée. On sélectionne le trajet, le chauffeur, la voiture et les horaires. Enfin, il faut être un peu souple et se calmer sur les bagages… tout en ayant un plan B, au cas où… il faut aussi avoir envie d’adhérer à cette idée généreuse qui crée du lien social autant qu’elle réduit l’impact de l’automobile sur l’environnement.

 

Le covoiturage, c’est bénéficier de la voiture d’un autre (ou d’un utilitaire lors d’un déménagement) mais aussi mettre son véhicule au service de plusieurs.
Coivoiturage
Une déclaration préalable à votre assureur suffit à être couvert en cas d’accident, la police d’assurance couvrant la responsabilité vis-à-vis des personnes transportées. Le covoiturage fonctionne si la courtoisie est de mise : se relayer à la place passager avant, plus confortable que les places arrière, être ponctuel… et le voyage peut devenir un véritable plaisir et une source de partage. 45% des adeptes de ce mode de transport sont des covoitureuses et une fois l’habitude prise, les économies sont réelles.
Dans mon cas (500 km), quatre fois moins cher que le train, pour une heure de trajet en plus !

 

Le covoiturage permet de ne pas jeter l’argent par la fenêtre en consommant du kilomètre égoïstement. Satisfaction intellectuelle autant que financière. Cela vaut la peine de tenter le coup !